Il répond aux besoins formulés par les acteurs du terrain pour mieux connaître la ressource comme les usages et impacts associés dans les bassins versants partagés.

Porté par l’Office International de l’Eau et l’Office de l’Eau de Guyane, le projet BIO-PLATEAUX se propose de développer les partages d’informations sur l’eau et la biodiversité des milieux aquatiques entre la Guyane et ses voisins du Brésil et du Suriname, notamment sur les bassins versants respectifs de l’Oyapock et du Maroni.

Il prévoit ainsi

  • La réalisation d’une conférence internationale, réunissant les acteurs scientifiques, techniques et administratifs compétents sur l’aire géographique concernée, en vue de proposer conjointement la démarche optimale d’intégration de l’information selon les spécificités du territoire,
  • La mise en œuvre des travaux préparatoires à la création d’un observatoire transfrontalier sur l’eau et les milieux aquatiques.

Le projet a été présenté fin janvier dernier aux acteurs de l’eau en Guyane et aux autorités du Suriname et de l’Amapa. Cela a notamment permis de bien appréhender le contexte de la gestion des ressources en eau dans les trois régions, de dégager les potentiels et besoins attachés aux partages d’informations sur l’eau et d’identifier les partenaires légitimes pour mise en œuvre d’un tel projet.

Depuis, une convention de partenariat a été signée avec l’Université Anton de Kom au Suriname ; une autre convention est en cours de signature avec l’Agence de développement économique et de coopération de l’Amapa.-